Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Macron : tempête dans le désert (politique)

Il faut bien reconnaître que nous sommes tous, plus ou moins, fascinés par cette présidentielle ? Qui eût pensé voici six mois que les Républicains seraient représentés par le terne François Fillon et que la gauche modérée se choisirait un ancien ministre de second rang, frondeur sur le tard, Benoît Hamon ? Qui pouvait penser que le gendre idéal de l'ouest catholique traditionnel se révélerait être un Picsou moderne ? Quel éditorialiste a écrit voici un an que la droite républicaine allait perdre cette élection et pourrait même se faire doubler par le candidat de la gauche antilibérale, Jean-Luc Mélenchon ?

La plus incroyable surprise pourrait prendre le visage de cet éternel poupin que semble être Emmanuel Macron. Non seulement il est bien placé pour devenir le 8e président de la République, mais il pourrait devancer Marine Le Pen au premier tour, ce que personne, là encore, n'avait imaginé. Que se passe-t-il dans notre pays pour qu'aucun pronostic ne tienne la route et pour que tous les favoris soient éliminés à tour de rôle ?

Il n'est pas très original de parler de dépression collective, de manque d'avenir, de repli sur les communautés de proximité. C'est sans doute partiellement vrai, mais comment expliquer qu'à trois semaines du premier tour, le candidat le plus populaire s'appelle Emmanuel Macron ? Si la désespérance était totale, la candidate en tête serait restée l'égérie de l'extrême droite. Si le cynisme l'avait emporté sur toute générosité, la découverte de la duplicité de François Fillon n'aurait pas été vécue comme une trahison suprême.

Mais qu'incarne exactement le candidat En marche ? Voici quelques jours, Le Monde, sous la plume inspirée de Florence Aubenas a publié une enquête au long cours sur ces électeurs qui sont prêts à épouser le vote Macron et qui, pour certains, s'engagent à ses côtés. On y découvre une polyphonie absolument incroyable. Certains font des constats politiques qui se veulent rationnels, d'autres développent des enthousiasmes totalement incroyables pour ce candidat. Par moment, on s'approche de la figure christique.

Tout cela peut faire sourire, mais cela ne permet d'expliquer ce qui se passe, ou du moins de tenter. Mon hypothèse est la suivante : depuis la mort de Mitterrand, notre pays souffre d'un déficit d'incarnation. Les trois président qui se sont succédé depuis n'ont pas semblé à la hauteur: Jacques Chirac était "sympa", mais mouillé dans des affaires ; Nicolas Sarkozy apparaissait comme un faux dur, empêtré dans son émotivité débordante. Quant à François Hollande, il a donné le sentiment d'un président relativement honnête, mais pusillanime, totalement hésitant dans ses choix.

Emmanuel Macron semble arriver d'une autre planète, celle du mouvement, du refus des règles de la politique traditionnelle. Il vit avec une femme beaucoup plus âgée que lui, ce qui donne l'impression d'un responsable peu conventionnel. Son discours emprunte aux thématiques de la gauche (sur les réformes sociétales) et à la vulgate libérale-sociale (sur les réformes économiques) qui est celle d'un éventail très large, de Valls à Juppé.

Tout cela donne l'impression d'un (improbable) syncrétisme qui plait à une France totalement déboussolée. Avec l'énergie du désespoir, elle veut croire qu'un homme libre et énergique peut redresser la France. Cela prépare sans doute des grandes désillusions, mais, il faut bien reconnaître que le succès de Macron prend place dans le désert politique actuel.      

Écrire un commentaire

Optionnel