Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Benoît Hamon

  • Candidature unique à gauche : pourquoi c'était voué à l'échec

    Depuis l'élection de Benoît Hamon lors de la primaire de la Belle alliance populaire, fin janvier, se développe dans ce qu'on appelle "la France de gauche" un grand débat : faut-il une candidature unique à gauche de celle, conquérante, d'Emmanuel Macron ?

    Jusqu'en février, lorsque François Fillon jouissait d'un statut de favori et de candidat "honnête", il s'agissait d'éviter un second tour, cruel pour la France de Jaurès et de Mitterrand, opposant le candidat des Républicains et la porte-drapeau de l'extrême droite, fût-elle relookée (1).

    Maintenant que le favori de la présidentielle s'est révélé être un petit marquis arrogant accroché aux privilèges d'un temps (espérons-le) révolu, l'objectif de cette candidature de gauche unique est de disputer la seconde place à cet objet politique non identifié (OPNI) qu'est Emmanuel Macron (remarquons que personne, à part peut-être notre OPNI, ne pense doubler Le Pen...). Sauf que la tentative de présenter une candidature unique est totalement vaine.

    Dans un premier temps, Benoît Hamon a obtenu le retrait de l'écologiste Yannick Jadot. Dans la décision de celui-ci de s'effacer, on a du mal à faire la part des choses entre un choix politique stratégique et les contraintes politiques du candidat EELV. En l'espèce, celui-ci était loin d'être sûr d'avoir les 500 parrainages nécessaires, risquait de creuser encore plus le déficit du parti écolo (en l'absence de 5 % au premier tour, les frais du candidat ne sont pas remboursés) et surtout d'obtenir un score plus proche de celui d'Eva Joly (1,57 %) en 2012 que de celui de Noël Mamère (5,25 %) en 2002.

    Mais l'enjeu principal pour avoir des chances sérieuses d'être au second tour était ailleurs : il s'agissait d'obtenir le retrait de Jean-Luc Mélenchon, en campagne depuis au moins un an (voire depuis 2012...). Le calcul de ceux qui font des calculs était simple : avec le renfort des 10 à 12 % que pourrait obtenir le candidat des Insoumis, Benoît Hamon pouvait espérer décrocher le vote d'un électeur sur quatre, permettant d'envisager la qualification au second tour. Sauf que cette hypothèse (le retrait de JL Mélenchon) avait à peu près autant de chances d'advenir que la conversion franciscaine (dans le rapport à l'argent) de Jérôme Cahuzac ou de Patrick Balkany (pour ne prendre que les exemples emblématiques à droite comme à gauche). Essayons d'expliquer pourquoi.

    Pour prendre un peu de hauteur et sortir de l'emballement médiatique, il faut expliquer le parcours de l'Insoumis. Jean-Luc Mélenchon, avant d'être le héraut de la France rebelle, a été trotskyste (de la tendance lambertiste, la moins ouverte à l'évolution libertaire du pays dans l'après-68). Mais il a été surtout un fidèle (non courtisan) de François Mitterrand dans sa version post-Epinay (2). 

    Le jeune Mélenchon a défendu ardemment l'idée de l'unité de la gauche (notamment avec les communistes qui, dans les années 70, séduisaient encore près d'un électeur sur cinq). Et, à ce titre, il s'est opposé à la volonté de Michel Rocard d'inscrire le PS dans la nouvelle gauche post-68, en considérant que l'extinction, progressive mais inéluctable, de la vieille société industrielle issue du 19e siècle allait emporter avec elle le parti de Maurice Thorez et de Waldeck-Rochet. Rappelons que le jeune cinquantenaire Benoît Hamon est issu de la matrice rocardienne.

    La rupture de Mélenchon avec le PS qui l'a conduit avec quelques amis à constituer en 2009 le parti de gauche, s'est faite essentiellement sur la question européenne. Mélenchon a refusé le ralliement du PS au traité constitutionnelle européen (TCE) voulu par François Hollande (il faut se rappeler que Laurent Fabius et... Manuel Valls s'y opposaient au départ). Suite au vote négatif (à 55 %) du peuple français, le sénateur de l'Essonne s'est révolté contre la tentative, réussie, du gouvernement alors de droite de faire adhérer la France, malgré le vote populaire, au Traité de Lisbonne, très proche du TCE.

    Certains, pour expliquer le blocage actuel, insistent sur l'ego démesuré de Jean-Luc Mélenchon et sa fascination pour les leaders sud-américains à la Chavez qui ont construit un rapport direct et quelque peu autoritaire avec le peuple. Certes, il ne viendrait pas à l'esprit de quiconque de refuser l'idée selon laquelle Mélenchon se voit comme un homme providentiel, dans un mélange baroque entre deux figures militaires (de Gaulle et Chavez).

    Sauf que Benoît Hamon n'est pas non plus dépourvu d'ego, lui qui a construit patiemment sa carrière, mi apparatchik (de courant ou de sous-courant du PS), mi homme de pouvoir (où il a été remarqué comme ministre de l'ESS). Ce débat sur l'ego n'explique jamais (de façon principale) une situation de blocage. Si les conflits politiques pouvaient se régler sur un divan, cela se saurait...

    L'Europe reste un sujet de divergence majeure entre les deux candidats principaux de la gauche. Le premier (Mélenchon) considère que la France peut imposer son point de vue à l'Allemagne (on a du mal à comprendre pourquoi la première puissance économique d'Europe qui a intégré voici moins de 30 ans l'unification du pays et a accueilli près d'un million de réfugiés changerait si facilement de point de vue économique). A défaut, il faudrait sortir des traités économiques de l'Union. Comme le disait récemment Thomas Piketty (qui a rejoint le staff de campagne de Hamon), Jean-Luc Mélenchon travaille beaucoup sur le plan B (la sortie de l'Union) et très peu sur le plan A.

    C'est tout l'inverse pour le candidat qui veut "faire battre le cœur de la France". Lui ne veut pas entendre parler de plan B (cela serait catastrophique pour la France et l'Europe) et se bat pour faire comprendre à l'Allemagne qu'elle doit sortir de son splendide isolement européen, que sa bonne santé économique comporte des éléments de fragilité et donc qu'elle aura à terme besoin de la solidarité européenne. Le pari de Hamon est fragile, mais il a sa cohérence : faire gagner un plan A qui sauve l'Europe et permet à la France de retrouver un souffle économique.

    Comment croire qu'un tel clivage au sein de la gauche - qui dure depuis plus de 10 ans - puisse être balayé en deux ou trois semaines ? Il ne suffit pas que Libération, Politis et quelques centaines d'intellectuels lancent des appels pour qu'un désaccord politique aussi structurant soit résolu. Il eût fallu, pour espérer une sortie par le haut, que le quinquennat de François Hollande s'attaque réellement à la paralysie européennes. il eût fallu également que les deux "camps" (qu'ont théorisé Mélenchon et Valls) aient cherché à rapprocher leurs points de vue. Cela ne fut pas le cas !

    Mélenchon a campé dans un splendide isolement, sûr que ses prédictions seraient validées (ce qui fut la réalité), mais sans jamais tenter d'infléchir la politique du président. Les frondeurs qu'a rejoint Hamon après sa démission gouvernementale en août 2015 ont mené une bataille interne à leur parti, mais ne sont jamais sortis de ce cadre qui n'intéresse plus grand monde.

    Le retrait de l'un ou de l'autre avait toutes les chances de produire des effets très limités. Si Mélenchon s'était retiré, une partie de ses troupes n'aurait pas voté Hamon tout simplement parce qu'il avait le grave inconvénient d'avoir participé pendant trois ans aux gouvernements Ayrault et Valls. Si l'inverse s'était produit, une bonne partie des soutiens à Hamon (notamment ceux qui considèrent que le quinquennat de Hollande n'est pas si négatif que cela...) aurait préféré aller à la pêche ou voter pour Emmanuel Macron qui participa lui aussi à l'aventure Hollande. En politique, 1 + 1 ne font jamais 2.

    Au lieu de se lancer dans ce combat perdu d'avance, Benoît Hamon eût été plus inspiré de continuer à tracer son sillon, celui qui a fait son succès pendant la primaire. Son enfermement dans des jeux d'appareil (d'abord avec EELV puis avec Mélenchon) a considérablement brouillé son image de fraicheur et d'inventivité. On ne comprend rien au succès de Macron (sur lequel nous reviendrons prochainement) si on ne voit pas que son indépendance vis-à-vis de tout parti (un peu comme Mélenchon), lui permet d'imprimer l'image d'un homme qui créé une relation directe avec le pays.

    Ne l'oublions pas (on peut le regretter): notre pays qui combine une tradition de centralité et un tempérament rebelle se cherche en permanence un chef, un leader qui parle au moins autant à son cœur qu'à sa raison... Pour le coup, l'ancien rocardien Benoît Hamon serait bien inspiré de ne pas l'oublier.

     

    (1) Sur ce sujet de la duperie entretenue par le Front national, je ne saurais conseillé davantage le film "Chez nous".   

    (2) Le congrès d'Epinay en 1971 marque la création du parti socialiste et la conquête de celui-ci par François Mitterrand.