Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Présidentielle 2012

  • Gouvernement : renouvelé, cohérent mais très PS

    Voilà l'équipe Ayrault au grand complet. L'affaire a été plus compliquée que prévu après gouvernement Ayrault.jpgle claquement de porte – pas si inattendu que prévu – de Martine Aubry qui se voyait déjà à Matignon. Il a fallu, dès lors, revoir toute l'architecture gouvernementale. Sans doute, telle ou telle femme doit-elle sa présence autour de la table – chargée – du conseil des ministres à la décision de la première secrétaire du PS de se retirer dans son double fief de Lille et de la rue Solférino (Harlem Désir va devoir encore patienter avant de prendre sa place...).

    Quelques heures après cette nomination au forceps, quelques réflexions sur les forces et les faiblesses de ce nouvel exécutif. Incontestablement, l'équipe Ayrault est marquée par un vrai renouvellement du personnel. D'abord, le premier d'entre eux est un des rares Premiers ministres à ne pas sortir d'une grande école de cette élite républicaine qui parle beaucoup d'universalité mais aime tant les castes... En ce sens, il ressemble un peu à Pierre Mauroy, le premier homme de Matignon en 1981. Celui-ci ayraul.jpgétait une figure de la SFIO puis du PS d'Epinay, et surtout était le patron du Nord. Là, 31 ans plus tard, c'est un des ténors du PS, de l'Assemblée (espérons que ce soit un bon signe pour les députés) et surtout le maire de la plus grosse ville de l'Ouest.

    Choisir un élu de l'Ouest est un symbole fort car cela traduit l'ancrage progressif de la gauche dans cette région. La Bretagne (si on inclut la Loire-Atlantique) est entièrement (conseil régional + conseils généraux + grandes villes) contrôlée par les socialistes (qui ne ressemblent pas vraiment – pourvu que ça dure ! – à leurs homologues du Pas-de-Calais ou des Bouches-du-Rhône) alors que le PS était seulement puissant dans les Côtes d'Armor dans les années 80. Le fait qu'Ayrault soit d'extraction populaire et soit resté, semble-t-il, fidèle à ses origines modestes n'est pas pour déplaire à un moment où la grande masse de la population se demande si les élus les représentent vraiment.

    Le renouvellement est aussi frappant dans la composition du gouvernement. En termes d'extraction, on remarquera que quatre ministres ont des origines extra-européennes (dont, pour la fleur pellerin.jpgpremière fois, avec Fleur Pellerin, une ressortissante asiatique). Pour autant, aucun d'entre eux n'a de poste particulièrement en vue, sauf Najet Belkacem, porte-parole du gouvernement. Attention à ne pas en faire des gadgets ou des ministres alibis ! On regrettera également qu'aucune personne souffrant d'un handicap n'ait été retenu dans l'équipe Ayrault I. Mais il reste Ayrault II, après les législatives, pour se ratrapper...

    A part Laurent Fabius qui après avoir obtenu ce dernier (?) bâton de maréchal devra penser à sa retraite, tous les autres sont relativement novices. Certains, comme Pierre Moscovici, Michel Sapin ou Marylise Lebranchu, ont eu des fonctions plus ou moins secondaires sous Rocard ou Jospin, mais ils apparaissent comme des responsables politiques encore neufs. Pour d'autres, comme Vincent Peillon (éducation), Stéphane Le Foll (agriculture), Arnaud Montebourg (Redressement productif, sic) ou Manuel Valls (Intérieur), c'est l'épreuve de vérité. Ils sont en politique depuis 15 à 20 ans, ont souvent été dans les coulisses, tirant les ficelles des alliances avec les uns et les autres. Ils ont à prouver qu'être politiques, c'est aussi arbitrer au grand jour, prendre des risques et s'attirer les foudres des organisations professionnelles et des médias. Pour les deux derniers notamment qui soignent leur image, ils vont devoir apprendre à ne pas être aimés. De ce point de vue, donner sa chance à une génération qui attend depuis 10 ans l'alternance est plutôt un gage de confiance en l'avenir. Il leur reste à prouver que leur ramage est à la hauteur de leur plumage...

    Cette équipe n'est pas d'une grande originalité, mais on saluera tout de même deux innovations qui peuvent être porteuses d'évolutions culturelles : la création d'un maroquin à l'économie sociale et solidaire (confiée à Benoit Hamon qui lui aussi a tout à prouver), enfin reconnue, et la Coopération attribuée au EELV Pascal Canfin. Il sera intéressant de suivre canfin.jpgles premiers pas de celui qui était voici trois ans (avant les européennes où il bénéficia de l'effet Cohn-Bendit) journaliste à Alternatives économiques et qui aujourd'hui anime l'ONG Finance Watch. Signera-t-il vraiment la mort de la Françafrique qui, même affaiblie, a de beaux restes ? Réussira-t-il à mettre de l'ordre  et de la "morale" dans notre politique de coopération qui en a tant besoin? Cohabitera-t-il aisément avec le très realpolitik Laurent Fabius, dont on sait peu qu'ìl connaît assez bien la Chine (ce qui est au moins aussi précieux que la maîtrise de l'allemand de notre Premier ministre, le monde ne s'arrêtant pas aux portes de notre chère Europe)

    Cette équipe devrait être assez cohérente à l'image du duo que forme Hollande et Ayrault. Reste qu'elle souffre d'un gros défaut : être d'abord un gouvernement PS. A part les deux EELV (l'impatient Placé va devoir attendre un peu), la radicale Sylvia Pinel (on a échappé, semble-t-il de peu, à l'arrivée du très peu éthique Jean-Michel Baylet) et l'inclassable Christine Taubira (qui fut radicale de gauche, candidate en 2002) à la Justice, les trente autres ministres sont membres du PS. Les écuries, les sensibilités et les régions ont été bien représentées, mais cela fait tout de même une assise assez étroite pour conduire le changement.

    La question qui est posée est bien celle d'une ouverture vers la gauche, mais aussi vers le centre, pour rassembler très largement et rendre possible le redressement annoncé dont la route est très escarpée. Le pari est compliqué pour l'après-législative (dans l'hypothèse, très probable, où majorité présidentielle et parlementaire coïncideraient) puisqu'il va falloir réussir l'élargissement de ce gouvernement, sans rompre avec la cohérence sans laquelle rien n'est possible. Voilà Jean-Marc Ayrault (et sa femme) prévenus : ils vont devoir faire une croix sur les vacances 2012. Adieu la liberté des voyages en camping-car. Bonjour les folles journées à Matignon et au Parlement... 

     

  • Plongée dans la France rurale de peu et d'amer

    L'un des principaux enseignements de ce scrutin présidentiel a été la très forte progression de Marine Le Pen essentiellement dans les zones rurales profondes, là où l'insécurité "physique" et la forte immigration ne sont que des choses "vues à la télé". De nombreuses analyses ont tenté d'expliquer ce phénomène, de façon plus ou moins pertinente. La question de l'isolement, le sentiment de ne plus comprendre les évolutions d'un monde qui va de plus en plus vite ont été soulevés, tout comme des éléments plus objectifs comme la misère sociale et culturelle, l'explosion du prix du carburant (particulièrement sensible quand on vit à 30 km du chef-lieu).

    camapagne françois hollande,marine le pen,abstention,rsaLa Mayenne est un bon exemple de cette percée. Dans ce département de l'Ouest rural (300 000 habitants), marqué par le cléricalisme puis par la démocratie-chrétienne, Marine Le Pen a réalisé le 22 avril près de 15 % des voix (27 000 voix), derrière Sarkozy (30 %) et Hollande (26 %), mais devant Bayrou soutenu pourtant par le président du conseil général et sénateur influent, Jean Arthuis. En 2007, son père avait réalisé 14 000 voix (7,5 %) et 19 000 en 2002 (11,5 %). En dix ans, le porte-drapeau des thèses d'extrême droite a gagné plus de 8 000 voix et 13 000 par rapport à 2007 (alors que la participation était supérieure voici 5 ans). Cette évolution est générale dans l'Ouest : en Vendée, terre aux caractéristiques assez voisines, le FN est passé en cinq ans de 6,5 % à 15 % des voix. Dans l'Orne, voisine de la Mayenne, un territoire encore plus rural, le vote Le Pen est passé de 12 à 20 % (au-dessus donc de la moyenne nationale).

    A une vingtaine kilomètres de Laval, ma mère Madeleine Bouttier, militante socialiste chevronnée, est partie à la rencontre des habitants pour les convaincre de votcamapagne françois hollande,marine le pen,abstention,rsaer "François Hollande". Elle a ciblé les petits îlots de logements HLM qui se sont construits dans ces communes rurales et qui abritent des personnes très défavorisées. Chez ces personnes très peu politisées, elle ne s'est pas contentée d'un "bonjour. je représente le candidat..." et de donner un tract qui finira rapidement à la poubelle, mais a pris le temps de discuter avec tous ceux qui souhaitaient engager la discussion. Parmi eux, évidemment des électeurs de Marine Le Pen. Elle a couché sur le papier cette plongée dans une France de peu et d'amer. Je publie donc son témoignage qui vaut bien de longs développements.

    « La première séquence de porte-à-porte, avant le premier tour, m'a laissé dubitative. Mis à part quelques personnes refusant de nous écouter, nous avons été bien accueillis, certains se défoulant, avec des "vivement qu'on le mette à la porte, ce petit coq", d'autres se disant bien informés, d'autres, enfin, nous écoutant poliment.

    Première commune: inscrits 340, exprimés 290, Le Pen 79 voix (27,24 %). Première porte : "Je suis volontaire pour la campagne de François Hollande, je passe vous voir pour répondre à vos questions, vous écouter..." Une jeune femme: "Si j'avais une seule raison de voter Hollande, c'est pour la retraite, mon père est usé, il a commencé à travailler jeune pour qu'il ait la retraite à 60 ans." Sa mère: "Je suis au chômage. Sarkozy a rien fait pour nous." L'homme jeune, présent, n'a rien dit.

    Dans un garage, trois hommes discutent autour d'une anisettes. Des ouvriers du bâtiment, l'un la soixantaine, le second de 30 ans et l'autre de 40 ans. Discours du Front national. J'entends leurs récriminations : "le taxi qui n'est plus remboursé pour aller voir le chirurgien qui l'a opéré." "l'étranger qui a plus d'avantages sociaux que l'étranger", "le bougnoule"... Dans la discussion, ils glissent : "Sarko, c'est les riches et Hollande, c'est le social."

    A une autre porte, un homme m'ouvre : "Non, non, mon choix est fait; ils sont tous pareils." Une autre femme, jeune, n'est pas inscrite ; a déménagé récemment. Une femme, la cinquantaine bien sonnée : "Je voterai Hollande, je suis ouvrière, c'est normal." Une autre femme fera le même choix : "Ras-le-bol de Sarko. Tout ce qu'il a promis et n'a pas fait." Un homme au visage haineux : "ça ne m'intéresse pas" et me ferme la porte au nez.

    Un couple, la quarantaine, m'ouvre. L'homme : "Parlez avec ma femme, c'est ma femme qui s'en occupe". "Il ne vote pas", me dit-elle. Elle a des questions: "Est-il vrai que les étrangers auront le droit de vote?" J'explique pourquoi, à quelles conditions, les limites, les autres pays européens où ce droit de vote existe. Elle écoute et est visiblement intéressée. Des enfants qui jouaient dehors arrivent. Elle me dit en riant: "Ils en parlent à l'école et me disent qu'il faut voter Hollande car Sarkozy a supprimé beaucoup d'enseignants". J'embraye sur la justice sociale ; je crois l'avoir convaincu. Le mari, dans l'escalier, écoutait. Je lui dis : "Pourquoi ne votez-vous pas?" "ça ne m'intéresse pas", me répond-il. Je lui dis: "Bientôt, votre fille vous convaincra de voter". Je repense à ce que m'avait dit une jeune Lavalloise ayant fait du porte-à-porte avec moi : "Mes parents ne votaient pas ; cette année, ils vont le faire. C'est l'école qui m'a fait découvrir les enjeux."

    Dans ma commune, je recommence l'opération dans les HLM de mon voisinage. Une famille avec 5 enfants accepte de me faire rentrer. Là aussi, c'est la femme qui participe aux échanges. Elle ne veut plus de Sarkozy, son mari ne vote pas, complètement en marge, ne retrouve pas de travail, son RSA a été supprimé parce que, me disent-ils, sa femme distribue Ouest-France le matin dans deux communes et ils ont trop de revenus. Les questions portent sur l'emploi, l'école... La femme suit à la télé la campagne.

    Le lendemain, je propose à une femme que je rencontre au chalet d'échanges et de savoirs d'aller chez elle pour parler des présidentielles. Elle accepte et je lui demande d'inviter une autre femme qui suit aussi les activités d'insertion. D'emblée, la seconde, plus âgée, me dit : "C'est secret ce qu'on a voté." Mais à ces questions, elle se trahit. "Est-ce vrai que les étrangers prennent notre travail?; "Pourquoi certains viennent à la banque alimentaire avec de belles voitures?" "Il parait que des jeunes viennent deux jours au travail et qu'ils ne reviennent pas." "Il parait que le tueur de Toulouse était connu de la police, mais c'est à cause des juges qu'on l'a relâché." Pendant une heure et demie, j'explique les heures supplémentaires défiscalisées, le contrat de génération de Hollande, les problèmes d'effectif dans la police et la justice... Je leur conseille aussi de regarder d'autres chaînes que la Une. Et je fais de l'instruction civique en répondant à leurs questions : "Et si je mets un bulletin de chacun dans l'enveloppe, est-ce que cela comptera pour chacun?" "Comment faire pour voter à la place de quelqu'un?" "comment ça se passe pour compter les voix?"

    Une "tracteuse" m'a rapporté ces réactions de deux ouvriers agricoles : "Les politiques ne nous regardent plus, ils nous méprises, nous comptons pour rien" "Sarko fait ce qu'il peut, mais y'a la crise" (cette personne ne regarde que TF1). »

        

  • Nous ne sommes plus en mai 1981 !

    Ce titre en interrogera certains : comment quelqu'un qui intitule son blog d'analyses politiques « 10 mai » (1) peut-il se méfier de cette analogie historique que le journal Le Monde cite allègrmai 1981,françois hollande,françois mitterrandement dans son éditorial? Le risque, pourtant, est de rester trop imprégné du souvenir de la première victoire de la gauche sous la Ve République et de croire que l'histoire se répète...

    Points communs, 31 ans plus tard...

    Certes, tout pousse à faire un parallèle entre le scrutin de 1981 et celui de 2012. Même rejet du sortant (VGE et Sarkozy), même score (51,7 %), même lieu pour la fête (d'abord une ville de la France profonde – Château-Chinon pour Mitterrand, Tulle pour Hollande – puis la Bastille). Jusqu'au prénom identique... En 1981 comme aujourd'hui, il y a le même espoir d'une rupture avec une période marquées par les affaires et les scandales en tout genre. mai 1981,françois hollande,françois mitterrand

    Pour le reste, rien ne peut permettre une analogie entre les deux périodes. Le poids du parti communiste a été divisé par trois ou quatre (le score de Mélenchon ne doit pas induire en erreur sur la vraie influence du parti dirigé par Pierre Laurent). La mouvance écologiste, même affaiblie par le ratage de la candidature Joly, pèse réellement sur l'échiquier politique, ce qui remet en cause une certaine vision scientiste et souvent productiviste qui a été (est ?) celle de la gauche.

    Tout, ou presque, a changé

    De plus, la société n'a plus rien à voir avec ce qu'elle était. Hier, elle était encore très « blanche », corsetée, structurée par la famille « classique », l'information circulait au mai 1981,françois hollande,françois mitterrandcompte-goutte et les traditions politiques familiales était une réalité rarement contestée. Aujourd'hui (il suffisait, pour s'en convaincre, de regarder l'assemblée à la Bastille), la société est très multicolore, très métissée, l'information (le meilleur comme le pire) circule plus vite que la lumière et une partie importante des citoyens ne sent pas appartenir à une famille politique.

    La relation au nouveau Président de la République n'est absolument pas la même : François M. était respecté, craint, haï parfois, il se situait (même si c'était fort discutable) dans la lignée des grandes figures de la gauche, de Jaurès à Blum ; François H. a deux « pères » en politique (Jacques Delors et Lionel Jospin), mais ne porte pas en lui, dans ses gênes, cette mystique de la politique. « Normal » a-t-il souhaité se définir et de ce point de vue-là, il l'est totalement. Personne n'aurait imaginé dire de Mitterrand, l'homme de Vichy puis de la Résistance, le politicien de la IVe République puis l'opposant à de Gaulle sous la Ve, le rassembleur de la gauche, qu'il était un homme « normal ».

    Périls en la demeure

    Si le nouveau président revendique une part de normalité, la situation qu'il va trouver dans quelques jourmai 1981,françois hollande,françois mitterrands est totalement exceptionnelle. L'Europe est menacée d'implosion, le couple franco-allemand risque d'aller dans les prochaines semaines, la zone euro craque de toutes parts, les « marchés » comme on dit sont aux aguets, prêts à sanctionner toute audace économique. Et puis ne parlons même du chômage qui pourrait s'envoler dans les prochains mois, de l'endettement qui pèse lourdement sur nos épaules et le spectre de la pauvreté qui plane sur des franges de plus en plus larges de la population française. Là encore, rien à voir avec la France qui sortait des 30 glorieuses et qui croyait en la reprise de la croissance...

    Fractures dans la carte électorale

    Sur le plan électoral, il faut regarder d'un peu plus près les résultats. L'écart, tout étant moins large que je l'avais prévu, est suffisamment confortable (1,15 million de voix) pour que le résultat ne souffre d'aucune contestation. Pour autant, les plus de 2 millions d'électeurs qui ont voté blanc ou nul montrent que la candidature Hollande n'a convaincu qu'une majorité relative d'électeurs. Dans certains départements très ouvriers et/ou ruraux où Marine Le Pen avait obtenu entre 20 et 25 % des suffrages, la proportion d'électeurs ayant voté blanc (comme la leader du FN) ou nul est impressionnante : 7 % à 8 % dans le Pas-de-Calais, dans l'Indre ou encore la Meuse. Certes, la moitié des électeurs du FN du premier tour s'est reporté sur le candidat sortant, mais Marine Le Pen, en encourageant officiellement à voter blanc et officieusement à choisir Hollande, a montré qu'elle pouvait contribuer à faitre chuter un candidat malgré (ou à cause de) sa propension à surfer sur les thèmes frontistes.

    La carte électorale dégage aussi un autre enseignement, inquiétant pour François Hollande. Il est largement élu dans la moitié ouest de la France (sur une ligne qui partirait de Dunkerque pour aller jusqu'à Perpignan) alors qu'à l'exception de quelques régions (les 5 départements les plus septentrionaux et un bout de Rhône-Alpes) il est largement battu dans la moitié Est là où la désindustrialisation et les nouveaux flux de population sont les plus importants. Deux pays se font face qu'on peut résumer ainsi (de façon volontairement caricaturale).

    Les deux France

    D'un côté, une France tempérée, de tradition radicale-socialiste (le Sud-Ouest) ou démocrate-chrétienne (l'Ouest) où le style mesuré et tout en rondeurs de Hollande a bien fonctionné et où la vie associative est très dense. Toute la Bretagne a plébiscité Hollande qui obtient 56 % des suffrages.

    De l'autre, une France, parfois pauvre, parfois prospère, très inquiète des audaces de François Hollande et des conséquences de l'ouverture des frontières. Les 57 % obtenus par Sarkozy en PACA prouvent que le peuple de droite ne s'est pas disloqué malgré les violentes critiques qu'a rencontrées le candidat sortant. A cette coupure géographique très nette, s'ajoute une autre fracture, entre des grandes villes (toutes, sauf Nice, acquises à Hollande) et des petites villes et espaces ruraux majoritairement sarkozystes. La situation de Paris est, à cet égard, symptomatique : en 2007, Sarkozy disposait d'une très courte avancé alors que cette fois, il est distancé de 11 points (+ 110 000 voix de différence).

    Donc, François Hollande va devoir reconquérir des pans de la population qui n'ont plus vraiment confiance dans la politique ou sont paralysés par des peurs (fondées ou non) à partir desquels ils développent parfois un discours séparatiste (« on reste entre nous »). La difficulté du socialiste, c'est qu'il a été élu par une frange très urbaine, globalement plus favorisée que la moyenne et qui, elle aussi, a de plus en plus de mal à comprendre cette autre France, plus frileuse. A la lecture de ce constat assez implacable, on comprendra pourquoi il est difficile de sombrer dans la douce nostalgie de Mai 81. Un temps qui, malgré les clins d'oeil de l'histoire, n'existe plus.

     

    (1) Coïncidence totale : ce post d'après élection est le 100e du blog que j'ai créé voici trois ans, le 10 mai 2009. De mois en mois, de plus en plus de visiteurs consultent ce blog (en moyenne près de 3000 visites mensuelles depuis juin 2011). Que chacun soit remercié de l'intérêt porté à ce travail (plaisir) de déchiffrage des enjeux politiques. Alternance ou pas, le propos de ce blog ne changera pas et la liberté de ton s'exercera également sur le nouveau pouvoir. En appliquant la maxime bien connue : qui aime bien, châtie bien !

  • Débat : le spectre de la ligne Maginot

    Que retenir de ces près de trois heures de confrontation entre les deux prétendants à l'Elysée ? IncontestabSarko hollande.jpglement, un état de tension maximal entre ces deux politiques aguerris qui se croisent depuis une vingtaine d'années sur la scène politique. L'un et l'autre se sont voulus ultra-clivants, François Hollande dans son rôle de président rassembleur, à la fois modeste et exigeant, Nicolas Sarkozy dans sa posture de protecteur face aux périls qui menacent notre pays (« la folie dépensière » du socialiste, « la faucille et le marteau » des syndicats, la passoire que serait l'Europe de Schengen). Chacun était dans son rôle et il n'y aura eu au final aucune grande surprise dans ce débat.

    On pourra malgré tout s'étonner de l'absence de questions sur le domaine régalien par excellence qu'est la défense nationale. Quelques thèmes auraient mérité d'être abordés. Faut-il rester dans le commandement de l'Otan, comme nous y a replacé l'actuel président ? Par-delà le bourbier afghan, quelle doit être notre philosophie en matière d'intervention dans les différents conflits régionaux? Sur le nouveau foyer du terrorisme que constitue l'espace sahélien (à deux heures d'avion, comme on disait en parlant de la « bataille de Sarajevo »), jusqu'où peut-on aller dans la lutte contre ce nouveau péril ? Et sur l'axe de la politique étrangère, là aussi escamoté, on aurait bien aimé avoir des perspectives quant à notre relation avec la Chine ou avec les puissances émergentes (Inde, Brésil...), sans oublier les rapports avec notre allié américain. Que dire également du silence sur le conflit israélo-palestinien ou sur les nouveaux régimes arabes plus ou moins démocratiques?

    En regardant ce débat où les charges succédaient aux bons mots, où les attaques gratuites (que venait faire DSK dans cette galère?) se mêlaient aux traits d'humour (là dessus, Hollande est vraiment au-dessus du lot), on pouvait avoir le sentiment que la France vivait seule dans sa bulle, qu'elle était simplement entourée de notre voisin allemand dans la vieille relation ambiguë d'admiration et de crainte et avec quelques contre-exemples à ne pas suivre, la Grèce et l'Espagne, longtemps dirigés par des socialistes (dixit Sarkozy) ou l'Italie contrôlée par « votre ami Berlusconi » (selon Hollande).

    Curieuse impression que celle de notre pays qui ne voit la mondialisation que sous ces angles négatifs (délocalisation, immigration sauvage) et se déchire sur des enjeux de politique nationale. Bien entendu, les candidats pourront arguer, non sans raison, qu'ils auraient bien aimé répondre à des questions internationales et qu'ils ont manqué de temps pour cela (ce qui donnera de l'eau au moulin de Sarkozy qui proposait plusieurs débats). Mais, par exemple dans leur conclusion qui était totalement libre, aucun des deux n'a élargi le débat. François Hollande, certes, a pris de la hauteur en parlant de justice, de redressement du pays et de refus des peurs qui seraient véhiculées par son adversaire (en ce sens, on a été servi avec une nouvelle fois le chiffon vert de l'islam agité par le président sortant) tandis que Nicolas Sarkozy s'adressait, assez maladroitement d'ailleurs, aux électeurs de Marine Le Pen, de François Bayrou et aux abstentionnistes (qui sont effectivement sa seule issue pour ne pas faire ses valises pour Neuilly). Là encore, on cultive l'idée que notre pays (qui bien sûr a des atouts) va s'en sortir seul, grâce à la vaillance de son peuple et à la lucidité (?) de ses élites. Il faut avouer que tout cela paraît un peu court...

    Sur l'immigration, par exemple, chacun a rivalisé en promesses pour évidemment accueillir moins d'étrangers (sauf sur les étudiants où Hollande a fait entendre sa différence). En tenant ce discours de la maîtrise quasiment mathématique des frontières, on a oublié d'expliquer pourquoi tant de nos voisins, notamment africains, veulent venir chez nous et sont prêts à risquer leur vie pour cela. La France, seule, ne peut évidemment impulser le développement de ces pays, mais elle peut tout de même prendre la tête des pays riches pour aller dans cette direction. Pas un mot n'a été dit sur ce sujet et on a fait croire que l'on pouvait, dans ce contexte, réduire les migrations alors qu'elles vont, sans doute, s'accentuer dans les prochaines années. Sur ce plan, le candidat de gauche, lui aussi paralysé par les 18 % de Le Pen, n'a pas su faire entendre une musique un tantinet différente. Caresser l'opinion dans le sens du poil ne nous prépare pas aux échéances difficiles qui nous attendent sur les enjeux de la crise écologique, de l'arme nucléaire ou du partage des richesses. En écoutant hier le débat, on pouvait avoir le sentiment que notre horizon s'arrêtait aux portes de Strasbourg, Vintimille ou San Sebastien. Cruelle illusion !

    En définitive, on peut sans doute s'accorder sur un match nul entre Hollande et Sarkozy. L'un et l'autre ont été fidèles à leur image, personne n'a « écrasé » l'autre (comment penser que cela pouvait arriver, au vu de l'expérience des deux protagonistes?). Pour autant, nous n'avons pas été plus éclairé sur la présidence qu'ils voulaient incarner : tout avait été dit précédemment et le style du débat, très accroché et peu pédagogique, ne permettait guère d'aller plus loin. Il faudra d'ailleurs, à terme, réfléchir aux modalités pratiques pour faire vivre ce grand moment de débat démocratique. La façon dont cela est conçu actuellement donne lieu davantage à un combat de boxe qu'à un vrai échange d'arguments. Peut-être est-ce ce que les médias (et les spectateurs que nous sommes) recherchent. Mais cela ne grandit pas forcément la politique. Il faudrait sans doute à l'avenir proposer deux débats, l'un sur les enjeux purement internes, l'autre sur la France dans le monde et surtout introduire le débat par un exposé neutre (rappeler des faits et des chiffres) pour éviter cette bataille de chiffonniers à laquelle les deux postulants à l'Elysée se sont livrés, par exemple sur les statistiques du chômage.

    La nouvelle façon de présider que nous promet François Hollande suppose que notre pays grandisse dans sa façon de débattre. Les passions politiques sont évidemment nécessaires et aucune rationalité ne s'impose d'en-haut. Pour autant, en ces temps compliqués et tourmentés, il serait bon de ne pas réinventer je ne sais quelles nouvelles lignes Maginot. Celles-ci n'ont amené dans notre histoire que désillusions et défaites. Ce n'est pas parce qu'un électeur sur cinq veut tout jeter par-dessus bord et se donner à une pseudo Jeanne d'Arc que notre pays doit s'engager sur des voies chimériques et dangereuses qui n'ont jamais préparé son avenir.