Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

MoDem

  • Ca l'affiche plutôt bien ou... mal

    A une dizaine de jours du premier tour des régionales, il faut bien reconnaître que l'intérêt pour cette campagne se limite surtout aux militants et journalistes politiques. Les partis politiques portent une responsabilité dans ce faible intérêt en ayant « pollué » la campagne par des considérations tout à fait marginales. La droite francilienne (ou du moins une partie d'entre elle) a commis le pêché de vouloir discréditer le PS sortant par l'amalgame et le mensonge (en formulant des accusations graves et en partie infondées contre la tête de liste dans le Val d'Oise, Ali Soumaré). Elle a pris le risque de salir la campagne et d'accroître la méfiance des quartiers populaires à l'égard de la politique. Quant à la gauche, elle s'est emmêlé les pinceaux en Languedoc-Roussillon en attaquant beaucoup trop tardivement le bien peu recommandable Georges Frêche, sans trouver de solution crédible (on imagine mal que Hélène Mandroux, maire de Montpellier, choisisse en cas de victoire d'abandonner un poste qui reviendrait sans nul doute à un « Frêchiste »). Elle a montré ainsi que le niveau national avait un poids de plus en plus réduit par rapport aux notables locaux qui font ici ou là la pluie ou le beau temps.

    Par-delà ces péripéties politiciennes, le faible intérêt pour les régionales traduit aussi la difficulté pour les électeurs à comprendre les clivages politiques sur les domaines d'action des régions. Dans la construction et l'entretien des lycées, dans la mise en oeuvre de la formation professionnelle, pour les transports régionaux, on peine à voir clairement en quoi des politiques de gauche et de droite se séparent foncièrement. C'est d'autant plus difficile de comparer que l'ensemble des régions (à l'exception de deux régions très singulières – la Corse et l'Alsace) a été gérée pendant six ans par la gauche. Il n'en reste pas moins qu'à l'heure de la sur-médiatisation des « bruits de chiotte » politiques, il est très difficile de rentrer dans la complexité des choix politiques. D'une certaine manière, ce constat ne peut que renforcer la volonté du président de la République d'affaiblir les échelons territoriaux, en particulier la région. La défense de celle-ci ne mobilisera pas les foules...

    Prenons la campagne autrement, peut-être par le petit bout de la lorgnette: les affiches électorales des panneaux officiels (en tout cas celles en Ile-de-France). A travers elles, on peut mieux comprendre la stratégie des principales listes. Bien entendu, cet affichage public a un rôle limit155.JPGé dans le choix final des électeurs, mais il est loin d'être anodin.

    Commençons par la liste conduite par Jean-Paul Huchon. Là, on joue la carte de la personnalisation à outrance du président sortant (depuis huit ans). Il s'agit clairement d'installer dans l'opinion l'autorité du chef de la région que le pouvoir central conteste régulièrement, notamment via le chantier du Grand Paris qui vise à affaiblir terriblement l'échelon régional. On remarquera que le slogan « Une région pour tous, une région pour vous » peut convenir à n'importe quel électeur modéré et que le sous-titre Huchon 2010 est écrit en caractère plus gros que « la gauche pour Ile-de-France ». Comme si le clivage politique était finalement très secondaire par rapport au sérieux et à la compétence 160.JPGdu chef de l'exécutif.

    Diamétralement opposé, le choix du Front de gauche. Le slogan choisi (« Une bonne gauche face à la droite »), la photo d'une quinzaine de personnes et surtout les six engagements écrits en bas de l'affiche proposent clairement une alternative au président sortant (même si les deux devraient fusionner au second tour). Pour autant, le message n'est pas très clair. La tête de liste – Pierre Laurent – n'est visuellement pas bien identifiée et elle semble chaperonnée par les trois « ténors » du Front de gauche (Buffet, Mélenchon et Picquet). Alors démarche réellement collective ou accord d'appareil pour constituer une liste?

    A droite, on retrouve un peu le même clivage entre la liste UMP et celle présentée par Debout la République de Nicolas Dupont-Aignan141.JPG. D'un côté, la plastique impeccable de Valérie Pécresse avec un sourire absolument imbattable, plus les deux premiers de la liste départementale. Le slogan (« Changer pour mieux vivre en Ile-de-France ») est assez discret, écrit en caractères deux ou trois fois moins gros que l'identité des têtes de liste. On a le sentiment que la liste UMP n'a pas su choisir entre l'affichage d'un changement auquel elle ne croit peut-être pas (les sondages lui étant très défavorables) et le côté rassurant de deux figures gouvernementales (P156.JPGécresse et Jouanno). Vu le discrédit qui frappe le gouvernement, il n'est sûr que ce choix soit si judicieux...

    La liste Dupont-Aignan prend le risque d'être bavarde en jouant la carte de la dénonciation. Stigmatisant « le PS, l'UMP et les Verts », le député non-inscrit de l'Essonne croit savoir que la bande des 3 (Le Pen parlait voici une quinzaine d'années de la bande des Quatre mise sur l'abstention des électeurs pour « conserver leur place ». Debout la République enjoint les électeurs de « voter pour les sanctionner » en choisissant des « élus de terrain, courageux,100 % indépendants ». Le propos est « légèrement » démagogique (Dupont-Aignan a longtemps été au RPR puis à l'UMP), mais il surfe habilement sur le désintérêt pour ces élections. Quant à savoir quel programme défendent les « 100 % indépen142.JPGdants », n'en demandons pas trop! 

    A mi-chemin entre la carte perso et la dimension collective, l'affiche d'Europe écologie. Belle photo de Céline Duflot sur fond vert et sur le côté, les petites photos de quatre personnalités: D. Cohn-Bendit, E. Joly, J. Bové et A. Legrand. A part ce dernier, leader des Enfants de Don Quichotte, les trois autres ne sont pas candidats aux régionales, mais ont été les figures médiatiques de la victoire aux européennes. Le fait que la liste mette en avant la carte « Europe écologie » plus qu'un slogan pour le scrutin régional prouve que le choi146.JPGx a été clairement fait de surfer sur la victoire de juin dernier. Attention tout de même à ne pas trop abuser de cette carte de visite!

    Les concurrents de « l'écologie indépendante » prennent le contre-pied d'Europe écologie en valorisant leur slogan assez décroissant (« l'heure n'est plus à aménager le territoire mais à le ménager ») au détriment des têtes de liste dont la notoriété est très limitée. Seule curiosité : une madame Hulot dont on ne connaît pas l'éventuel lien de parenté avec notre Nicolas national...

    Sans vouloir c162.JPGomparer de158.JPGux listes qui ne jouent pas dans la même division, on constatera les choix différents faits par le MoDem et Emergence (une démarche d'essence associative) pour valoriser des candidatures issus de la diversité de la société française. Le sérieux et la personnalisation d'Alain Dolium (MoDem), chef d'entreprise dans le civil, qui entend donner « De l'oxygène pour l'Ile-de-France » (tout un programme!); l'esprit collectif, mais un peu aventurier (« Ensemble, bouleversons la donne ») pour une liste black-blanc-beur conduite par Almany Kanouté, dont la barbe en forme de collier inquiétera certains électeurs-qui-voient-des-islamistes-partout...

     

    PS: Je n'ai volontairement pas traité les affiches du FN (priorité aux Français, comme d'hab') et celle de Lutte Ouvrière (avec deux tonnes de texte). Celle de NPA n'était pas visible le 4 mars, du moins dans mon quartier.

  • Les questions sans réponse de 2009

    Que retiendra-t-on de cette année 2009 qui s'achève dans le débat politique national ? Un seul scrutin majeur a émaillé ces douze derniersP1000265.JPG mois: celui des européennes. Marqué par une abstention massive, ces élections ont fait émerger une force majeure - Europe écologie -, confirmé la puissance électorale de l'UMP et fait apparaître l'échec de la stratégie personnelle, obsessionnellement anti-sarkozyste du MoDem de François Bayrou et l'état calamiteux du parti socialiste, devancé dans plusieurs régions phare (le Sud-Est, Ile-de-France) par les écologistes.


    Sur le plan gouvernemental, le rythme des réformes ne s'est pas ralenti malgré des oppositions très fortes - notamment sur la suppression de la taxe professionnelle - transcendant les clivages politiques. L'équipe Fillon n'a aucun état d'âme, comme on l'a vu lors des deux vols expulsant des sans-papiers afghans. Toutes les réformes, y compris celle sur la Poste, devraient être menées à terme. Peu importe, pour elle, la mauvaise cote de popularité et la colère de plus en plus forte de certains pans de la population. Le duo Sarko/Fillon compte être jugé, au terme des cinq ans, sur le respect de ses engagements. Pas question de fléchir donc! Quitte d'ailleurs à sacrifier les élections régionales de mars. Les derniers mois 2009 ont été cependant périlleux pour l'équipe au pouvoir: fronde des élus locaux, malaise au sein même de l'UMP concernant le débat sur l'identité nationale avec ses relents xénophobes, difficulté à mettre en oeuvre la conversion écologique annoncée (échec de Copenhague pour lequel Sarko a mouillé sa chemise, taxe carbone retoquée par le Conseil constitutionnel).


    Pour la deuxième partie de son quinquennat
    , le Président aurait tout intérêt à infléchir sa façon de gouverner: le mépris qu'il affiSarkozy.jpgche vis-à-vis de toutes les critiques, même venant de son camp, peut se retourner contre lui; son incapacité à laisser travailler l'équipe gouvernementale, sa tendance à court-circuiter les annonces ministérielles l'exposent à toutes les critiques (d'où son différentiel de popularité avec son Premier ministre). En outre, Nicolas Sarkozy va devoir prendre garde à la schizophrénie de sa politique: il donne des leçons de régulation et de moralisation du capitalisme au monde entier, y compris à Barack Obama, mais sa politique intérieure est loin d'être exemplaire à cet égard. Pourquoi s'obstiner à déréguler certains services publics? Pourquoi laisser se goinfrer les grands patrons, comme on l'a vu avec l'affaire Proglio (le nouveau patron d'EDF qui entend conserver son traitement de Veolia)? La question de la cohérence entre le « dire » et le « faire » est une nouvelle fois posée chez le Président. Si, comme c'est probable, les difficultés économiques et sociales s'aggravent en 2010, ce grand écart risque d'être de plus en plus insupportable.

    Dans ce contexte difficile pour la majorité, pourquoi diable l'opposition n'est-elle pas en pointe? Cette question est centrale dans le débat politique. L'émiettement des forces critiquant la politique gouvernementale est une raison majeure. MoDem, Verts, PS, Parti de gauche (un nouveau venu en 2009), PCF, Nouveau parti anticapitaliste (issu de la LCR, mais sans que cette transformation ne donne les fruits escomptés), sans oublier les radicaux de gauche ou les restes du MRC de Chevènement... cela fait beaucoup de forces, parfois faibles, face à un parti présidentiel qui peut rassembler un tiers des suffrages au premier tour d'une élection. Dans ce contexte, l'affaiblissement du parti central de la gauche qu'était le PS sert l'ambition élyséenne.

    La gauche est maintenant organisée autour de trois pôles qui ont du mal à s'articuler: un pôle écologiste (que pourraient renforcer certains déçus du MoDem, telle Corinne Lepage), un pôle socialiste extrêmement divisé, toujours incapable de clarifier les questions de son programme et de son leadership) et un pôle gauche de la gauche lui-même divisé entre les participationnistes du duo PCF/Parti de gauche et les intransigeants du NPA qui n'arrivent à dépasser les 5% malgré l'extrême popularité de leur leader. Tout cela rappelle le morcellement politique italien et c'est ainsi que Berlusconi a pu être réélu sans problème.

    Vu la déconnexion entre élections locales et scrutin présidentiel, on peut déjà dire que la probable victoire de la gauche aux régionales (qui au pire devrait perdre une ou deux présidences) ne changera pas la question centrale: autour de quelle matrice idéologique la gauche doit-elle se réinventer? Peut-elle encore bricoler son modèle social-démocrate à bout de souffle (comme l'ont prouvé les élections allemandes)? Doit-elle se réinventer autour de l'urgence écologique, ce qui suppose des choix hardis en termes industriels, énergétiques, agricoles?

    Le seul élément qui pourrait accélérer les choses serait la prise par Europe écologie d'une ou deux régions. Non seulement cela donnerait l'occasion aux écologistes d'expérimenter leurs idées, mais cela recomposerait la gauche. De nombreux militants et élus du PS, dégoûtés des pratiques de l'appareil et de certains barons locaux, seraient tenter d'aller voir du côté de cette nouvelle force. Histoire de voir si l'herbe y est plus verte que dans le vieux parti d'Epinay...

  • "Une classe politique loin des Français"

    Dans une interview publiée cette semaine notamment dans Le Courrier français, Semeur hebdo, La Haute-Marne libérée et La Liberté de l'Yonne, Laurent Lesage m'interroge sur la rentrée politique des principaux partis.

    L'entretien a été réalisé avant la publication d'un livre révélant les fraude lors du vote en novembre dernier pour le premier secrétaire du PS et avant la polémique autour des propos douteux de Brice Hortefeux.

    Est ce que depuis l’université d’été de la Rochelle, le parti socialiste est désormais en ordre de bataille derrière Martine Aubry ?

    C’est effectivement la première fois depuis plusieurs années que l’université d’été de la Rochelle n’est pas dominée par les batailles de courant et les petites phrases. Depuis son élection assez controversée comme Premier secrétaire, Martine Aubry était apparue assez absente. Cette fois, elle a fait preuve d’autorité et a réussi à prendre de vitesse les « éléphants » du parti sur la question du cumul des mandats. Elle a satisfait une demande qui était exprimée par les courants les plus jeunes du parti socialiste, et notamment ceux qui incarnaient la rénovation comme Arnaud Montebourg et Vincent Peillon. De ce point de vue, le PS semble en meilleure santé. Pour autant, les problèmes de fond ne sont pas réglés d’autant, qu’ils ne sont pour l’heure pas encore mis sur la table.

    Martine Aubry a aussi accepté la demande d’Arnaud Montebourg d’organiser des primaires ouvertes largeMontebourg.jpgment à gauche.

    Elle a accepté des primaires « ouvertes ». Ce n’est pas nouveau, c’était écrit dans sa motion pour le congrès. Par ailleurs, on ignore comment tout cela peut être organisé. Surtout, la plupart des partenaires potentiels ont décliné l’invitation. Les Verts ont décliné l’invitation. Le parti communiste et le parti de gauche ont déclaré que cela ne les intéressait pas. Le Nouveau parti anticapitaliste d’Olivier Besancenot est dans une opposition très forte au parti socialiste, donc absolument pas concerné. On se dirige donc vers une primaire pour désigner le candidat socialiste, avec comme nouveauté, le fait qu’elle soit ouverte aux sympathisants socialistes et non plus aux seuls militants. Cela peut donc permettre à des millions de Français, s’ils s’y intéressent, de participer à ces primaires. C’est un pas en avant certes, mais on est encore très loin de la révolution annoncée par Arnaud Montebourg. D’autre part, cette question des primaires, est vraiment secondaire pour les français dans le contexte actuel…

    Le vrai problème du PS c’est l’absence d’un leader naturel mais aussi et surtout l’absence de projet…

    C’est certain. Si le PS passe son temps à régler ses problèmes de leadership, sans mettre la même énergie pour clarifier ce qu’il entend faire, il arrivera peut-être à trouver un bon candidat, mais avec un projet ultra-faible. Dès lors, la campagne se fera essentiellement sur « l’allure » du candidat et non pas sur le projet. Le PS va ainsi reproduire la campagne de 2007, au cours de laquelle, quelles que soient ses qualités et ses défauts, Ségolène Royal avait du mal à savoir où elle en était, puisque le projet socialiste n’avait pas clarifié les choses. Les mêmes causes vont produire les mêmes effets. Ainsi, il me semble que cette question des primaires n’est pas la priorité du moment. Par ailleurs, alors que la rentrée est difficile pour beaucoup de Français, le PS fait preuve de nombrilisme, en se focalisant sur le mode de désignation de son candidat dans deux ans.
    Peillon.jpg

    Depuis plusieurs semaines, une sorte d’alliance à trois semble se dessiner entre le PS, les Verts et le MoDem… Cet axe, mis sur orbite cet été par Vincent Peillon, peut-il avoir du sens ?

    On peut ajouter Robert Hue, qui incarne une tendance contestataire au sein du parti communiste, que Vincent Peillon a invité lors de son rassemblement estival. Visiblement, Vincent Peillon mise sur une stratégie de large rassemblement au premier ou au second tour de la prochaine présidentielle, mais c’est une alliance compliquée a mettre en œuvre.

    Est ce que cela peut profiter au MoDem de François Bayrou ?

    François Bayrou a trouvé une position médiane risquée, mais c’est probablement la seule possible en ce qui le concerne. Il ne peut pas aller sur une position de fermeture de toute discussion avec la gauche, sinon Sarkozy aurait déjà quasiment gagné la prochaine élection présidentielle. Il s’agit en fait d’obtenir un bon report au second tour de la présidentielle du modem vers la gauche ou de la gauche vers le modem. Par réalisme, il n’a ainsi pas fermé la porte à un rapprochement. Mais, dans le même temps, il ne souhaite en aucun cas refaire le « programme commun » de la gauche, puisque le MoDem ne se définit pas à gauche, mais au centre. François Bayrou a seulement proposé l’ouverture de discussions pour recentrer le débat sur le fond, sur l’économie, la protection sociale, les retraites, ou l’immigration, afin de voir quels sont les points de convergence et de divergence. Bien sûr, on sait d’avance qu’il y aura des divergences, mais l’intérêt de la démarche de François Bayrou, c’est qu’il remet les idées au centre des débats.

    Pendant ce temps, l’UMP séduit les écologistes avec la taxe carbone…

    Du point de vue de la stratégie, l’UMP se frotte les mains. Il y a une rupture sur cette question entre les écologistes qui sont favorables à la taxe carbone et le reste de la gauche, qui refuse la taxe dans sa formule actuelle. Sur le fond, c’est un peu plus compliqué. L’UMP était jusque-là le parti le moins sensible à la question écologique. On l’a vu dans la campagne présidentielle. Il a fallu que Nicolas Hulot fasse le forcing pour que Sarkozy s’intéresse à ces questions. A l’assemblée, au sein du groupe UMP, il y a aussi beaucoup de réticences. D’autant que de nombreuses questions sont en suspens. A quoi va servir la taxe carbone ? On attend encore les réponses.

    Duflot.jpgDepuis leur succès aux Européennes, les Verts sont toujours euphoriques…

    Ils étaient les champions de la cacophonie et de la division. Depuis les Européennes et le très bon score réalisé par Europe écologie, ils donnent presque des leçons de rassemblement. Pour autant, cette campagne leur a permis de franchir un palier : la prise de conscience écologique des Français est nettement plus élevée. Il n’y a pas que la faiblesse du parti socialiste qui explique le bon score des Verts.

    Cécile Duflot pour les Verts et Corinne Lepage pour le MoDem disent que la taxe carbone à 14 euros (1), ce n’est pas suffisant…

    Elles sont cohérentes. Elles disent que pour qu’il y ait des changements de comportements, il faut qu’il y ait une vraie taxation dissuasive. Il faudrait aussi pour que cette taxe ait un sens, qu’il y ait une vraie politique de transports en commun dans le pays. En période de difficultés économiques, ce n’est certes pas évident pour le pouvoir d’imposer une taxe qui va peser lourd dans le portefeuille des ménages. Mais sur le plan de la pédagogie, et si on veut vraiment aller au bout des objectifs écologiques que l’on brandit, il faut une taxe qui ne joue pas que sur quelques centimes…

    Qui a donc marqué des points pendant l’été?

    Je vais être assez radical : personne… Avec toutes ces universités d’été, la classe politique a montré une nouvelle fois combien elle est décrochée des préoccupations des Français. Les universités d’été ont permis de remettre en selle Martine Aubry ou à François Bayrou de sortir de son silence, mais n’ont rien apporté sur le fond. Les politiques sont davantage dominées par des logiques de communication et de jeux internes à leur parti, que par le souci de s’adresser aux Français. Quand le PS se prononce sur les primaires et le cumul des mandats, c’est peut-être d’une certaine manière, un succès pour Martine Aubry, mais c’est perçu avec un très grand détachement par la majorité des Français. Cela favorise la dépolitisation et profite à Nicolas Sarkozy, qui est dans une autre manière de faire de la politique. Il gouverne en fonction de l’opinion, au risque de se contredire. On l’a vu au moment de la crise, puisqu’il voulait un système à l’américaine avec les « subprimes » et il a fait marche arrière. Sarkozy accumule les effets d’annonce, sans proposer une vision très claire de la société. Il essaie de régler les problèmes les uns après les autres, ce qui fait que ses opposants l’attaquent sur sa communication. Pour l’instant, ils tombent dans son piège…

     

    Propos recueillis par Laurent Lesage

    (1) L'entretien a été réalisé avant la fixation à 17 euros par Nicolas Sarkozy du montant de la tonne carbone

  • Bayrou à l'épreuve du réalisme

    Bayrou.jpgFrançois Bayrou a, au moins, un point commun avec Martine Aubry: on le croyait « cramé » après la dégelée des européennes et il « ressuscite » à l'occasion de l'université d'été de sa formation. Bien entendu, la réalité est plus compliquée que cette formule introductive. Non, le Béarnais n'était pas mort après son score médiocre réalisé en juin. Non, il n'est pas entièrement sorti d'affaire après sa prestation à La Grande-Motte les 5 et 6 septembre. En résumé, le patron du MoDem a esquissé une solution médiane entre deux positions intenables: le refus absolu de tout rapprochement avec l'opposition de gauche et la conclusion d'un accord électoral. Il propose que s'ouvrent des discussions sur tous les thèmes permettant de trouver des convergences, mais aussi de pointer les divergences, au sein de la constellation anti-Sarkozy. Il a ainsi pu rassurer une partie de la base du parti centriste, inquiète par la présence lors d'un meeting à Marseille de Marielle de Sarnez aux côtés, entre autres, de Robert Hue (l'ancien patron des communistes) sans, pour autant, injurier l'avenir.

    L'avenir, a expliqué François Bayrou, c'est de trouver une solution pour empêcher la réélection de Nicolas Sarkozy en 2012. Actuellement, le Président a toutes les cartes en main: un parti élargi à la droite dure (de Villiers) déjà en ordre de marche pour les régionales de mars 2010; un dynamisme guère émoussé par son incident de santé cet été; un art du contre-pied parfaitement maîtrisé comme sur la taxe carbone (puisqu'il prend au mot les écologistes et divise la gauche). En face, la cacophonie règne avec un émiettement des partis, une faiblesse de propositions et des débats secondaires montés en épingle (comme sur les primaires).

    François Bayrou a compris qu'il faudra, d'une manière ou d'une autre, trouver un arrangement avec la gauche, ou du moins le PS, pour espérer inquiéter Sarko. Comme il compte être second au premier tour de la présidentielle - en misant sur une division extrême de la gauche et une personnalisation du combat électoral -, il lui faut compter sur un bon report des voix de gauche pour l'emporter au second tour. Le pari est difficile mais jouable... sous conditions:

    1. Bayrou - MoDem.jpgIl faut revoir l'organisation du parti. Depuis plusieurs mois, cadres et militants se plaignent de la faible démocratie interne. L'avertissement avait été lancé par des responsables influents comme Corinne Lepage ou Jean-Luc Benhamias: la stratégie du parti ne peut être décidée par le couple Bayrou-de Sarnez. Lors de l'université d'été, des militants ont jugé sévèrement l'initiative de Marseille qui, semble-t-il, n'avait fait l'objet d'aucune discussion préalable. L'auteur de Abus de pouvoir (Plon) ne peut pas se déchaîner contre « l'hyper » (comme il désigne la présidence Sarkozy) et ne pas faire vivre du débat dans son parti. Sinon, attention au grand écart entre le dire et le faire!

       

    2. François Bayrou ne peut se cantonner à une position morale de dénonciation du pouvoir. Il doit passer à la phase d'élaboration d'un projet de société. L'éthique en politique qu'il incarne avec brio dans son dernier livre lui permet d'avoir, dans l'opinion, le statut d'opposant courageux, mais cela n'en fait pas (encore?) un tenant d'une alternative claire. « Rendre à ce projet sa légitimité, sa dynamique, sa force, c'est à la fois honorer les racines de notre pays et se projeter dans l'avenir », écrit-il dans sa conclusion « Il existe un autre chemin ». Alors au travail...

       

    3. Vis-à-vis de la gauche, sa partition doit être habile. Un rapprochement avec celle-ci est indispensable pour l'emporter aux présidentielles et avoir un vrai groupe parlementaire. Pour autant, François Bayrou a tout intérêt à exacerber les divisions au sein du PS pour éventuellement aboutir à deux candidatures issues de ces rangs (une hypothèse pas impossible qui lui ouvrirait les portes du second tour). A défaut, il a tout intérêt à faire de la question des alliances un point central car le PS est profondément divisé là-dessus. Pour autant, il ne peut pas jouer la carte de la balkanisation de la gauche car sinon, le rassemblement en 2012 sur sa candidature sera très compliqué.

       

    4. François Bayrou et le MoDem doivent faire la preuve de leur utilité politique. Le Béarnais explique à longueur de temps qu'il a changé en rompant avec la consanguinité du centre avec la droite. Il affirme, en même temps, son refus de tout embrigadement par la gauche. Très bien, mais cette liberté revendiquée suppose de battre l'UMP sans être à la remorque de la gauche. Quoi de mieux que les régionales pour exister? Si le MoDem l'emportait dans une ou deux régions, celles-ci pourraient être un laboratoire d'une gestion différente. Il a sans doute une carte à jouer dans les quatre ou cinq régions où la gauche est très menacée (Basse-Normandie, Pays-de-la-Loire, Franche-Comté, Bourgogne ou PACA). Elle pourrait négocier une présidence dans l'une de ces régions en échange d'un soutien dans les autres exécutifs. Bien entendu, cette hypothèse est audacieuse, fera sursauter tous ceux qui, la main sur le coeur, jurent qu'il n'y aura aucun arrangement (on a vu ce qui s'est passé pour les municipales à Lille, Grenoble...), mais c'est sans doute une piste intéressante pour crédibiliser l'hypothèse Bayrou et pour voir si les discussions demandées entre le MoDem et la gauche ont quelque chance de déboucher. Avant de parler du national, ne pas sauter l'étape des régions.