Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Nécrologie

  • Philippe Séguin, le Rocard de la droite

    Que dire de Philippe Séguin quelques heures après l'annonce de son décès suite à une (assez prévisible) crise cardiaque? En lisant les articles relatifs à son parcours politique, il me semble que c'était un Martien dans le monde politique. Il prenait à contre-courant les modes de son temps et la droite française très conformiste. Sur le traité de Maastricht, il s'opposa courageusement au consensus quasi-général autour d'un Séguin.jpgtexte qui était loin d'être satisfaisant (en misant tout sur l'ouverture des marchés et pas grand-chose sur l'union politique). Par rapport à l'UMP, il a dit tout le mal qu'il en pensait et en a tiré les conséquences en se retirant de la vie politique. A la tête de la Cour des comptes, il ne ménagea pas ses critiques en direction des dérives financières du pouvoir (voir le rapport de juillet 2009 sur l'Elysée faisant apparaître des dépenses personnelles de Nicolas Sarkozy prises en charges par la République et le faramineux budget consacré aux sondages).


    Homme de convictions, volontiers excessif, Philippe Séguin était, par ailleurs, un piètre tacticien. En 1995, lui qui avait inspiré la thématique (gagnante) sur la fracture sociale s'était fait « voler » le poste de Premier ministre par un Alain Juppé plus docile. En 2001, il avait pris la tête de façon catastrophique de la droite parisienne engluée dans les dérives de l'ère Chirac-Tibéri. A la différence de beaucoup de politiques, il accordait plus d'importance à ses principes qu'à son plan de carrière. Il avait ainsi démissionné de son poste de président du RPR en 1999, se trouvant de plus en plus en décalage avec l'évolution du parti néo-gaulliste.

    Sans le dire ouvertement - devoir de réserve oblige-, le style de Nicolas Sarkozy, l'apologie de la loi d'argent lui étaient particulièrement désagréables (il avait d'ailleurs décliné des offres de postes ministériels). Le plus cocasse dans cette histoire, c'est que le Premier ministre de Sarkozy, François Fillon, a longtemps été considéré comme un proche de Séguin..


    En réfléchissant à ce parcours singulier, il me vient une comparaison qui ne fera pas plaisir à tous: Philippe Séguin était un peu le RoRocard.jpgcard de la droite. Franc-tireur, attaché au rôle de l'Etat, anticonformiste, souvent individualiste... il s'est heurté à la quête effrénée du pouvoir portée par un Chirac, comme Rocard l'avait été de la part de Mitterrand. Tous deux ont été incompris de leur parti, souvent ostracisés. Ils avaient l'étoffe pour assumer le pouvoir élyséen, mais d'une certaine manière, ils n'étaient pas fait pour la fonction quasi-royale de Président de la République qui s'accommode mal avec la liberté de penser.


    Michel Rocard s'est exprimé publiquement en regrettant l'élection au suffrage universel du Président de la République – qui polarise toute la vie politique. Philippe Séguin n'a rien dit là-dessus (à ma connaissance), mais il n'est pas impossible qu'il voyait les dégâts sur l'esprit démocratique produit cette élection du « Premier des Français ». Ce ne serait pas le moindres des paradoxes de ce gaulliste acharné qui s'en va à 66 ans.