Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10 mai - Page 2

  • La menace du chaos

    Lire la suite

  • Macron : tempête dans le désert (politique)

    Il faut bien reconnaître que nous sommes tous, plus ou moins, fascinés par cette présidentielle ? Qui eût pensé voici six mois que les Républicains seraient représentés par le terne François Fillon et que la gauche modérée se choisirait un ancien ministre de second rang, frondeur sur le tard, Benoît Hamon ? Qui pouvait penser que le gendre idéal de l'ouest catholique traditionnel se révélerait être un Picsou moderne ? Quel éditorialiste a écrit voici un an que la droite républicaine allait perdre cette élection et pourrait même se faire doubler par le candidat de la gauche antilibérale, Jean-Luc Mélenchon ?

    La plus incroyable surprise pourrait prendre le visage de cet éternel poupin que semble être Emmanuel Macron. Non seulement il est bien placé pour devenir le 8e président de la République, mais il pourrait devancer Marine Le Pen au premier tour, ce que personne, là encore, n'avait imaginé. Que se passe-t-il dans notre pays pour qu'aucun pronostic ne tienne la route et pour que tous les favoris soient éliminés à tour de rôle ?

    Il n'est pas très original de parler de dépression collective, de manque d'avenir, de repli sur les communautés de proximité. C'est sans doute partiellement vrai, mais comment expliquer qu'à trois semaines du premier tour, le candidat le plus populaire s'appelle Emmanuel Macron ? Si la désespérance était totale, la candidate en tête serait restée l'égérie de l'extrême droite. Si le cynisme l'avait emporté sur toute générosité, la découverte de la duplicité de François Fillon n'aurait pas été vécue comme une trahison suprême.

    Mais qu'incarne exactement le candidat En marche ? Voici quelques jours, Le Monde, sous la plume inspirée de Florence Aubenas a publié une enquête au long cours sur ces électeurs qui sont prêts à épouser le vote Macron et qui, pour certains, s'engagent à ses côtés. On y découvre une polyphonie absolument incroyable. Certains font des constats politiques qui se veulent rationnels, d'autres développent des enthousiasmes totalement incroyables pour ce candidat. Par moment, on s'approche de la figure christique.

    Tout cela peut faire sourire, mais cela ne permet d'expliquer ce qui se passe, ou du moins de tenter. Mon hypothèse est la suivante : depuis la mort de Mitterrand, notre pays souffre d'un déficit d'incarnation. Les trois président qui se sont succédé depuis n'ont pas semblé à la hauteur: Jacques Chirac était "sympa", mais mouillé dans des affaires ; Nicolas Sarkozy apparaissait comme un faux dur, empêtré dans son émotivité débordante. Quant à François Hollande, il a donné le sentiment d'un président relativement honnête, mais pusillanime, totalement hésitant dans ses choix.

    Emmanuel Macron semble arriver d'une autre planète, celle du mouvement, du refus des règles de la politique traditionnelle. Il vit avec une femme beaucoup plus âgée que lui, ce qui donne l'impression d'un responsable peu conventionnel. Son discours emprunte aux thématiques de la gauche (sur les réformes sociétales) et à la vulgate libérale-sociale (sur les réformes économiques) qui est celle d'un éventail très large, de Valls à Juppé.

    Tout cela donne l'impression d'un (improbable) syncrétisme qui plait à une France totalement déboussolée. Avec l'énergie du désespoir, elle veut croire qu'un homme libre et énergique peut redresser la France. Cela prépare sans doute des grandes désillusions, mais, il faut bien reconnaître que le succès de Macron prend place dans le désert politique actuel.      

  • De quoi Emmanuel Macron est-il le nom ?


    A cinq semaines d'une présidentielle
    qui n'a cessé de nous réserver surprises et volte-face, bien malin qui pourrait prédire l'identité des deux finalistes. Même si elle peut donner l'envie de vomir, la présence de Marine Le Pen semble probable. Qui devrait l'affronter ? Actuellement, le grand favori s'appelle Emmanuel Macron.

    Ses trois rivaux pour cette place qualificative présentent chacun de lourds handicaps : François Fillon est "plombé" par ses casseroles et son choix d'une campagne droitière en alliance avec les ultra-catholiques de Sens commun ; Benoît Hamon souffre d'être pris comme le candidat du PS (parti de plus en plus honni) et de devoir composer avec un appareil vermoulu qui, tout comme avec Ségolène Royal en 2007, ne cherche pas son succès ; Jean-Luc Mélenchon suscite une vraie adhésion populaire (tout comme Emmanuel Macron), mais a du mal à sortir de son couloir, handicapé par la campagne à gauche du concurrent Hamon et son propre discours, notamment sur sa thématique "dégagiste" qui fait fuir de nombreux électeurs (sur la rivalité entre ces deux candidats, lire un précédent post)

    Prononcer le nom d'Emmanuel Macron dans une assemblée "de droite", c'est s'exposer à des remarques sur l'identité floue (politique, économique et... sexuelle) du candidat En marche qui serait l'héritier intrépide de François Hollande). Le faire devant des militants de gauche, c'est prendre le risque d'entendre des accusations graves sur ses liens étroits supposés  avec le monde de la grande finance et des entreprises du CAC 40. Si on devait prendre pour argent comptant ce qui est dit là, on devrait en conclure que près d'un quart des citoyens décidés à voter entendent soutenir un candidat à l'identité totalement floue.

    Avoir une identité politique floue est finalement un avantage dans le contexte d'une société française qui a perdu ses repères. Celle-ci s'est "donnée" successivement à deux présidents qui semblaient incarner quelques convictions. Sarkozy devait, après le double mandat jugé mou de Jacques Chirac, incarner les valeurs d'une droite à la fois libérale, populaire et autoritaire. Il s'est montré versatile (faisant une ouverture ratée vers la gauche) et changeant, sans oublier ses ostentations personnelles bien loin des pratiques de la Ve République.

    Lui a succédé l'ancien patron du PS, qui semblait porter un double patronage : Jacques Delors pour la volonté de réformes réalistes et l'engagement européen net ; Lionel Jospin pour la capacité à rassembler la gauche sur un programme maîtrisé. Là encore, on a assisté à une absence de volonté européenne (avec un leadership incontestable de la chancelière allemande), à un émiettement de la gauche et des divisions aussi bien au PS que chez les Verts et à un manque de cap clair.

    Après deux présidents qui ont cultivé le flou, les Français pourraient être attirés par un candidat jeune et énergique qui revendique son éclectisme. Quand Emmanuel Macron se proclame ni de gauche ni de droite (tout en ayant servi un gouvernement dit socialiste), il s'inscrit certes dans une tradition française improbable (nos institutions n'ont pas permis, jusque-là, l'émergence d'une troisième force de gouvernement), mais il ne ment pas. Au sens où il annonce la couleur : "je prendrais ce qu'il y a de bon à droite comme à gauche".

    Qui n'a pas entendu cette formule lors d'un déjeuner de famille ou d'un échange au bistrot ? Il existe l'aspiration forte de dépasser les clivages, d'arrêter ce que certains, à l'instar de Jean-François Kahn, ont appelé la "guerre civile française". Et si les hommes et femmes de bonne volonté se donnaient la main ?, pourrait-on dire. Ce serait tellement bien...

    Sauf que la réalité est éloignée du conte de fées démocratique. Au quotidien, Emmanuel Macron est obligé de faire le grand écart. Quand il annonce des mesures courageuses sur l'école (des classes de CP et CE1 d'une douzaine d'élèves dans les quartiers en politique de la ville) - ce qui plait à un électorat de gauche -, il annonce dans la foulée qu'il y aura une réduction du nombre de fonctionnaires, en particulier dans l'Education nationale, ce qui sonne agréablement aux oreilles de droite. Il n'est pas sorcier d'imaginer, au vu du poids de Bercy, que la grande mesure de Macron risque de se transformer en mesurette...

    Les citoyens, même ceux favorables à l'ancien ministre, ne peuvent ignorer que le président Macron aura les pires difficultés à avoir une majorité i, tant soi peu cohérente. L'Assemblée nationale devrait représenter, pour une fois, la diversité française avec probablement quatre groupes dont trois hostiles à Macron : la gauche (rassemblant les partisans de Hamon, de Mélenchon et de Jadot), la droite dure (derrière Sarkozy et Fillon) et l'extrême droite (qui devrait avoir un groupe à l'AN). Face à cela, le groupe pivot soutien de Macron devrait composer en permanence avec la gauche pour les réformes de société et avec la droite pour les réformes économiques. Cette instabilité - avec les accusations de tambouille qui vont alimenter le discours du FN - pourrait d'ailleurs précipiter la mort de la Ve République (un sujet qui ne semble pas intéresser Macron).

    Si on en est arrivé là (un duel probable entre une héritière d'extrême droite et un défenseur du "ni droite ni gauche"), c'est parce que les partis ont gravement failli. Les grands leaders politiques sont devenus de grands stratèges (qui se trompent souvent) et communicants (qui le font souvent de la plus mauvaise des manières). Leur sens de l'intérêt collectif est tout relatif : ils travaillent à leur compte, souvent en préparant l'échéance d'après.

    Sur les six candidats qui participaient à la primaire de gauche au côté de Benoit Hamon, deux d'entre eux ont décidé de ne pas respecter leur engagement de soutenir la personne investie : François de Rugy qui a rejoint En marche et l'ancien premier ministre Manuel Valls qui se désolidarise de son ancien ministre de l'Education.

    Sur l'autre rive, on assiste à une tragicomédie où tous ceux qui ont déversé des tonnes de critiques sur la campagne et les casseroles de François Fillon se sont décidés à le soutenir. Qui ne voit pas là des signes de délitement du sens de la politique où toute conviction tout respect de la parole donnée est malmenée au nom d'intérêt de court ou moyen termes ?

    Pour Manuel Valls, il s'agit de parier sur un éclatement (probable) du PS après ce printemps et de prendre la tête d'une nouvelle formation de type blairiste. Pour la droite et les pauvres UDI, l'objectif est d'une simplicité présentée comme biblique : sauver les meubles aux législatives et éviter des candidatures dissidentes à droite ou au centre.

    Dans ce contexte, les critiques (très maladroitement entonnées par Benoit Hamon) sur le manque de cohérence du projet de Macron résonnent dans le vide. De qui Emmanuel Macron est-il le nom ? Il est le nom brillant, insolent et séduisant, du vide politique et de la destruction progressive, depuis une vingtaine d'années, de tout esprit de courage et de vision d'avenir. Voilà pourquoi la marche du jeune Picard pourrait être victorieuse...        

     

  • François Fillon, un politique vraiment délirant

    Par moment, on se pince pour y croire. Comment se fait-il qu'un homme (apparemment) raisonnable, forgé par le républicain Philippe Séguin, aguerri par cinq années à Matignon où il a pu mesurer le danger de l'inconstance du président d'alors, comment se fait-il donc que François Fillon se lance dans une aventure personnelle vouée à l'échec ? Sauf s'il arrive à atteindre le second tour en se retrouvant face à Marine Le Pen, il n'a aucune chance de devenir Président de la République. D'ailleurs, la leader du Front national n'a de chances sérieuses de l'emporter que si elle se retrouve face à un ancien Premier ministre soupçonné d'avoir détourné de l'argent public. Passons...

    Comment comprendre cette dérive que personne ne pouvait imaginer ? Certes, les circonstances sont très particulières. Il faut se rappeler qu'au sortir des primaires de la droite, François Fillon était triomphant. Les sondages (ah, les sondages...) le voyaient déjà vainqueur par KO de la présidentielle. C'était avant la montée impressionnante d'Emmanuel Macron, la désignation-surprise de Benoît Hamon, le retrait de François Bayrou au profit du candidat En marche. C'était avant, mais c'était il y a quelques mois seulement...

    Et puis, y'a eu le coup de tonnerre des révélations du Canard enchaîné. A ce moment-là, François Fillon avait deux solutions : soit juger qu'il ne se relèverait pas de la mise en lumière de sa face sombre (cela ne fait pas de lui un brigand, mais ce n'est pas raccord avec l'image de probité qu'il a voulu donner) et laisser la place à un autre candidat de sa famille politique. Même si la chose était compliquée (vu le panier de crabes qu'est le parti des Républicains), une solution alternative pouvait être trouvée dès février.

    Autre solution : notre élu sarthois (devenu, par confort personnel, élu parisien) pouvait considérer que ce fait et les soupçons légitimes que cela peut faire naître sur son honnêteté ne remettent pas en cause ses chances d'être élu à l'Elysée. Auquel cas il aurait dû reconnaître tout de suite les faits, sans tomber dans un charabia juridico-politique ("c'est pas super bien ce que j'ai fait, mais c'est pas totalement interdit, donc circulez, y'a rien à voir"), et surtout s'engager à rembourser les 500 000 euros que le couple a indûment touché. Il aurait fait cela, il pouvait reprendre pied dans la campagne.

    Il jouait alors la carte du type repenti qui, après s'être enrichi, se dépouille (un peu) et montre que le plus important est de se consacrer au redressement du pays. Avec une bonne mise en scène, il pouvait gagner l'élection (excusez mon cynisme, mais les choses se passent en partie comme cela).

    Comme François Fillon a décidé de rien faire comme il faut (du point de vue de la morale et de ses propres intérêts), il s'est posé en justicier, faisant la leçon aux journalistes, aux juges et à la société entière qui lui demande de rendre des comptes. Et comme il s'était appuyé pendant sa campagne sur les réseaux les plus réactionnaires de la droite républicaine (la Manif pour tous, Sens commun), la machine de guerre s'est mise en marche, avec pour point d'orgue la manifestation (semi-réussie semi-ratée) du 5 mars.

    Cette manif du Trocadéro peut prêter à sourire ou à s'indigner, tellement ce qu'on y a entendu est grossier, indigne d'un homme qui entend représenter les Français dans leur diversité. Quand le pays compte autant de gens en-dessous du taux de pauvreté, quand un agriculteur se suicide chaque jour, quand autant de citoyens doutent légitimement sur la capacité des politiques à améliorer la situation du plus grand nombre, mobiliser 50 000 personnes (elles auraient été 200 000 que cela ne changerait rien à l'affaire) sur la défense d'une candidature vermoulue de partout est une grave faute politique.

    Dans cette triste affaire, ce qui m'intrigue, ce sont les raisons de cette dérive folle d'un ancien Premier ministre. Dans sa chronique sur France inter le 6 mars, Guillaume Meurice parle d'une "manif d'anarchistes". Cela peut faire sourire (et c'est aussi l'objectif de sa chronique quotidienne que je vous conseille vivement), mais c'est assez juste. Dans le peuple de droite, se développe un sentiment de ras-le-bol général. C'est simple à décrire, ça commence toujours par cette expression : "y'a trop de..." (de fonctionnaires, d'impôts, de normes, d'incivilités, de journalistes de gauche, de musulmans, etc.).

    Le rôle d'un politique responsable n'est pas flatter cette opinion, de caresser les gens dans le sens du poil, mais de faire la part des choses (trier les inquiétudes légitimes des obsessions extrémistes, homophobes et racistes) et surtout d'affirmer un cap politique rassembleur. Sinon, on quitte le camp républicain et on se rapproche inexorablement d'un courant pétainiste dont notre pays a pu mesurer la nocivité. 

    Pourquoi François Fillon a choisi une stratégie politique qui va faire perdre la droite républicaine et peut endommager notre démocratie déjà pas spécialement en forme ? Difficile de répondre à ce qui restera sans doute la plus grande énigme de cette incroyable présidentielle (et c'est loin d'être terminé). Je vais essayer de proposer tout de même mes réflexions.

    Dans la ligne jusqu'au boutiste de Fillon, se devine sorte de revanche par rapport à sa "carrière" politique. L'élu sarthois a toujours été dans le sillage d'un homme politique plus important que lui : d'abord le député et ministre sarthois Joël Le Theule puis Philippe Séguin, Jacques Chirac, et enfin Nicolas Sarkozy. Rappelons-nous sa réaction de Premier ministre quand le président de la République Nicolas Sarkozy le qualifia publiquement de "collaborateur". Il n'y en eut pas, ou plutôt François Fillon fit mine de ne pas s'en offusquer pour ne pas rentrer en conflit avec Nicolas Sarkozy. Ne jamais prendre de face un adversaire semble être la ligne de conduite de François Fillon.

    Lors de la primaire de droite, son élection a sonné contre une double revanche : contre l'ancien chef Sarko qui l'avait humilié, contre Alain Juppé qui - que ce dernier l'ait voulu ou non - l'écrasait par sa superbe quasi-aristocratique. François Fillon est resté un notable de province qui, par extension progressive de son influence, est devenu un seigneur. Un féodal ne peut jamais être un vrai leader. Quand on est devenu chef par élimination progressive de ses concurrents et sans jamais dévoiler ses cartes (par exemple son rôle de conseiller de grands patrons), difficile ensuite de prendre les habits d'un chef d'Etat.

    Derrière le soutien dont il continue à jouir dans une petite
    partie de l'opinion, il y a l'idée - ou plutôt le fantasme - que des forces obscures (à les entendre, le lobby gay et le communautarisme musulman seraient à la manoeuvre) manipuleraient la France. Aux Etats-Unis, on a entendu à peu près les mêmes arguments dans la bouche des fans de Donald Trump...

    Pour comprendre le fonctionnement de la politique, il faut très souvent faire un détour par l'histoire et la sociologie, mais aussi par la psychologie et la psychanalyse. "Délire"... le terme me semble bien résumer la situation actuelle autour de Fillon. Qu'en dit Le Larousse ? Le délire est une "perte du sens de la réalité se traduisant par un ensemble de convictions fausses, irrationnelles, auxquelles le sujet adhère de façon inébranlable". Nous en sommes là.